La Pointe Saint-Mathieu

Plein Ouest là où tout commence...

A l’extrême ouest du Finistère, sur la commune de Plougonvelin en Pays d’Iroise, la Pointe Saint-Mathieu est un village pittoresque Breton qui se dresse face à la mer d’Iroise. C’est un lieu de promenades agréables en toute saison où se côtoient le GR®34 et le Parc naturel marin d’Iroise, l’abbaye édifiée à partir du XIe siècle et le phare construit en 1835, le Mémorial national des marins disparus en mer et le sémaphore. La Pointe Saint-Mathieu est aussi un des points de départ, kilomètre 0 du chemin de Saint-Jacques de Compostel.

Survoler le Clos et le site de la Pointe Saint-Mathieu, et découvrez les plages du Trez-Hir, de Bertheaume, le fort de Bertheaume, et Plougonvelin 

Survoler le Clos et le site de la Pointe Saint-Mathieu, et découvrez les plages du Trez-Hir, de Bertheaume, le fort de Bertheaume, et Plougonvelin

Peut-on se restaurer sur place ?

Hôtels et restaurants sur le site

  • « Hostellerie de la Pointe Saint-Mathieu »**** 
    http://www.pointe-saint-mathieu.com/
  • « Hôtel Vents d’Iroise »***
  • Restaurant gastronomique de l’hostellerie de la Pointe Saint-Mathieu
  • Bistrot 1954 (bar-brasserie)
  • Crêperie « Ar Dantel »

A visiter

A la point de la Bretagne

  • Le phare : Haut de 37 m (58 m au-dessus du niveau de la mer), le phare actuel est édifié en 1835 pour cause de délabrement de la tour de l’abbaye. Construit en granit de l’Aber Ildut, il signale la route à suivre pour entrer dans le goulet de Brest. Son feu à 1 éclat blanc toutes les 15 secondes atteint une portée de 29 milles (55 km environ).

  • L’abbaye et son musée : L’abbaye, de construction romane et gothique, daterait du XIesiècle. Jusqu’à la Révolution française, des moines bénédictins y vivent en communauté et assurent un rôle de surveillance du littoral par l’entretien d’un feu en haut d’une tour, « ancêtre » du phare actuel. L’abbaye est placée sous la protection de l’apôtre évangéliste, Saint-Mathieu, dont une partie du crâne aurait été remise aux moines. En 1791, les quatre derniers moines doivent quitter l’abbaye, devenue bien national.

  • Le Mémorial national des marins « morts pour la France » : C’est en 1927, à l’initiative de l’Amiral Guépratte, député du Finistère, que le monument national a été érigé. Haute de 17 m, cette stèle sculptée par René Quillivic, représente une femme en deuil face à l’océan. C’est en 2005 que le mémorial commence à prendre toute son importance. Le fortin datant du XIXesiècle est restauré afin de devenir un cénotaphe, demeure du souvenir pour tous les marins d’Etat, de commerce et de pêche disparus au cours des conflits et morts pour la France.

  • Le chemin de mémoire…

  • Le musée 39-45http://museememoires39-45.fr/